Helmut Newton

19 Avr

La FEMME !

Corps athlétique quasi sculptural, elle impressionne. Perchée sur des talons vertigineux elle prend de la hauteur, nue et débarassée de tout complexe elle devient redoutable! la femme d’Helmut Newton en impose!

Isabelle Huppert, Catherine Deneuve,Charlotte Rampling… Elles se sont toutes battues pour être le modèle du grand maître de la photo, celui qui, à travers l’objectif savait les sublimer!

de la provoc ? du porno chic ? moi j’y vois surtout de l’art, de l’intelligence, de la beauté et beaucoup de jeu!

 

Retrospective Helmut Newton au Grand Palais, Galerie sud-est, jusqu’au 17 juin 2012

http://www.grandpalais.fr/grandformat/exposition/helmut-newton/

Vol au-dessus d’un nid de coucou

5 Avr

Une histoire de fou !

La brillante série de France 5 « Un film et son époque » revient ce soir sur les coulisses de Vol au-dessus d’un nid de coucou. Devenu un grand classique des années 70, cette merveille cinématographique avec pour premier rôle Jack Nicholson a pourtant eu beaucoup de mal à naître! 

A l’époque, les producteurs n’appportaient pas beaucoup de crédit à une histoire de malades mentaux ! Et pourtant, c’est très vite un succès, avec ce film, le monde ouvre enfin les yeux sur les réalités psychiatriques.

Résumé (France 5):

Cette deuxième réalisation américaine de Milos Forman est également le premier film produit par l’acteur Michael Douglas.

Pour échapper à la prison, un délinquant, interprété par Jack Nicholson, se fait interner dans un hôpital psychiatrique. Il y découvre un univers carcéral sur lequel règne l’infirmière en chef. Peu à peu, il se rebelle et entraîne ses compagnons.

Tiré d’un roman-culte de la contre-culture américaine, le film reflète le climat anti-autoritaire des années 70.

Au même moment, en URSS, le pouvoir enferme les opposants politiques dans des asiles. Tourné dans un hôpital psychiatrique, le film a été une expérience à l’image des utopies de l’époque.

Succès mondial, « Vol au-dessus d’un nid de coucou » réussit la performance de rafler cinq Oscars en 1976.


http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-14-2012/articles/p-15583-Un-film-son-epoque-Il-etait-une-fois-Vol-au-dessus.htm

Ce que je sais de Vera Candida – Véronique Ovaldé

12 Mar

Quand le destin s’acharne…

L’Île de Vatapuna, une pêcheuse de poissons volants, un palais des Morues…autant de termes qui nous plonge dans un univers imaginaire. Véronique Ovaldé  nous raconte sous la forme d’un conte le destin malheureux de trois générations de femmes.

La grand-mère Rosa Bustamente, ancienne prostituée de l’île de Vatapuna devenue experte en pêche de poissons volants. Puis, la fille Violette, pertubée toute son enfance mais qui devient terriblement bavarde et débauchée à l’adolescence. Sans grande surprise cette dernière tombe enceinte à 15 ans et donne naissance à une fille. Vera Candida, qui à son tour deviendra mère à sa quinzième année!

Pour tenter d’échapper au destin, Vera Candida décide de s’enfuir de son île natale pour Lahomeria, ville où elle va élever sa fille Monica Rose. Elle trouve refuge au Palais des Morues, un foyer de jeunes filles-mères.

Vera Candida a 15 ans et déjà un lourd passé à son actif, mère contre son grè, sans le sou, loin de ses racines et de sa famille, elle a pourtant décider de se battre contre les épreuves de la vie. Va t-elle retrouver une vie paisible dans ce foyer de mamans perdues ? Elle qui a appris à se méfier des hommes, va t-elle céder aux avances d’Itxaga, journaliste tombé sous son charme ?  En un mot, va t-elle réussir à échapper au destin de ses aïeules ?

Une histoire touchante de femmes qui chacune leur tour ont enfanté une fille sans jamais réveler le nom du père, un destin qui se répète mais qui grâce au personnage de Vera Candida prend un autre tournant… Au fil des pages, on espère, on doûte, on désespère et on re-espère une vie meilleure pour Vera Candida.

Guerre d’Algérie, la déchirure – France 2

11 Mar

France 2 consacre son dimanche soir à la guerre d’Algérie!

A l’occasion des 50 ans de la signature des accords d’Evian, voici un documentaire exceptionnel qui revient sur cet épisode douleureux de l’Histoire. Je ne connais pas le réalisateur mais je peux d’ores et déjà vous dire que Benjamin Stora qui a participé à l’écriture de ce documentaire est un fabuleux historien et grand spécialiste de cette période.

(Auteur de nombreux ouvrages dont carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre, éditions Les Arènes, 2010 /La guerre d’Algérie vue par les Algériens, avec Renaud de Rochebrune, Ed Denoël, 2011 / Histoire de l’Algérie : XIXe-XXe siècles, La Découverte, mars 2012)

 Ci-dessous l’article de l’Express.fr et des extraits en avant-première:

Dans un documentaire exceptionnel, Guerre d’Algérie, la déchirure, le réalisateur Gabriel Le Bomin et l’historien Benjamin Stora retracent huit année d’une guerre qui ne disait pas son nom. Diffusé, dimanche 11 mars sur France 2, il s’agit de la première histoire générale de la guerre d’Algérie, factuelle et impartiale, du 1er novembre 1954 (la « Toussaint rouge ») au 5 juillet 1962 (proclamation de l’indépendance de l’Algérie). Une guerre dans laquelle 1,5 millions de soldats français ont été projetés -30.000 ne sont pas revenus-; une guerre qui a entrainé la mort de centaines de milliers d’Algériens et la destruction de centaines de villages, qui a déraciné près d’un millions de Pieds-noirs de leur terre natale et vu l’abandon et le massacre de milliers de Harkis.

Extraits :

[brightcove vid=1498006104001&exp3=111591373001&surl=http://c.brightcove.com/services&pubid=102148445001&pk=AQ~~,AAAAF8iFk0k~,DLJz4w44-zp9kL3E7jvY3cNK_WF8C4lR&w=480&h=270]

37e nuit des César

24 Fév

37e nuit des César, c’est ce soir !

Ce soir, ne manquez pas  la 37e nuit des César!

Présidée par Guillaume Canet, ce rendez-vous incontournable du cinéma français est retransmis depuis le Théâtre du Châtelet à Paris.

 «The Artist», «Polisse», «Intouchables», «La guerre est déclarée», «Pater», «L’Exercice de l’Etat» ou «Le Havre», quel sera le grand gagnant après «Des hommes et des dieux» sacré l’année dernière ?

Les principales nominations (et mes chouchous en rouge!) :

Meilleur Film
« L’exercice de l’Etat », de Pierre Schoeller
« La guerre est déclarée », deValérie Donzelli
« Le Havre », d’Aki Kaurismäki
« Intouchables », d’Eric Toledano et Olivier Nakache
« Pater », d’Alain Cavalier
« Polisse », de Maïwenn 
« The Artist », de Michel Hazanavicius

Meilleure Actrice
Ariane Ascaride dans « Les neiges du Kilimandjaro »
Bérénice Bejo dans « The Artist »
Leïla Bekhti dans « La Source des femmes »
Valérie Donzelli dans « La guerre est déclarée »
Marina Foïs dans « Polisse »
Marie Gillain dans « Toutes nos envies »
Karin Viard dans « Polisse »

Meilleur Acteur
Sami Bouajila dans « Omar m’a tuer »
François Cluzet dans « Intouchables »
Jean Dujardin dans « The Artist »
Olivier Gourmet dans « L’exercice de l’Etat »
Denis Podalydès dans « La conquête »
Omar Sy dans « Intouchables »
Philippe Torreton dans « Présumé coupable »

Votez sur : http://cesar.canalplus.fr/#

 

« Il était une fois…LA HAINE »

23 Fév

Jusqu’ici tout va bien…

Un documentaire de la série « Un film et son époque » diffusé sur France 5  le 23 février 2012 à 21h40

Si vous l’avez loupé, oublié de l’enregistrer ou si vous complètement oublié l’existence de France 5… Je vous conseille fortement d’aller regarder la vidéo (lien ci-dessous) qui est disponible en intégralité jusqu’au jeudi 1 mars 2012! 

 

http://info.francetelevisions.fr/video-info/?id-video=indigo_docu_011161_0_304303_179_03022012084911_F5

Résumé (France 5):

Rythmé par le compte à rebours implacable d’un drame annoncé, « La Haine » raconte la journée de trois jeunes amis dans une cité de la banlieue parisienne, le lendemain d’une nuit d’émeute. Sans travail, confrontés à la violence policière et à l’ennui, l’un d’entre eux meurt accidentellement.

A sa sortie, le film défraie la chronique, suscite de violentes polémiques et fait plus de deux millions d’entrées. Cette année-là, Jacques Chirac est élu Président de la République. Son thème de campagne a été la « fracture sociale ».

Sur fond de paupérisation accélérée des classes populaires et de montée du vote d’extrême droite, les années 90 voient l’affirmation d’une jeunesse issue de l’immigration et de la culture hip hop.

Les problèmes liés au chômage des jeunes, à l’insécurité, à l’intégration des populations nouvellement immigrées et aux quartiers appelés « Zone Urbaine Sensible », s’inscrivent durablement dans la réalité politique, économique et sociale du pays.

« La Haine » est le deuxième long-métrage de Mathieu Kassovitz. Le jeune réalisateur, également comédien, a reçu, quelques mois auparavant, le César du Meilleur espoir masculin pour son rôle dans le premier film de Jacques Audiard, « Regarde les hommes tomber ».

Cinéaste engagé dans son époque, Mathieu Kassovitz devient à 27 ans, la tête de proue du renouveau du cinéma français.

http://documentaires.france5.fr/documentaires/un-film-et-son-epoque/il-etait-une-fois-la-haine

Medea – Carlotta Ikeda & Pascal Quignard

19 Fév

La danse des ténèbres

Carlotta Ikeda, référence féminine incontournable du Butô est magnifique ! A 60 ans passé, son corps d’apparence fragilisé s’agite  dans une danse effrénée ou se côtoie la vie et la mort.

Médée,  trompée et répudiée par l’homme de sa vie, rentre dans une rage folle jusqu’à ne plus maîtriser  ses gestes. N’ayant aucune  pitié lorsqu’elle tue Créüse et égorge ses propres enfants, elle est soumise à une colère volcanique!

S’ensuit une danse quasi fantomatique ou enfin la douleur et la détresse s’installe…

 

  •  La lecture de Pascal Quignard en première partie du spectacle m’a gênée, le voir et l’écouter débiter son texte dans la pénombre et de plus sans aucun effet théâtral ne m’a vraiment pas plu ! j’aurais préféré lire le texte toute seule ou via un autre dispositif 

 

  • Pour rappel voici la légende de Médée : Fille du roi de Colchide, elle s’éprend de Jason, l’aide à s’emparer de la Toson d’or et s’enfuit avec les Argonautes. Jason l’épouse puis l’abandonne pour Créüse, fille du roi de Corinthe. Médée se venge en offrant à celle-ci une tunique qui l’a consume, mais aussi en égorgeant les enfants qu’elle avait eu elle-même avec Jason
  • Jusqu’au 19 février 2012 au Théâtre Paris Villette

Tarif : 23 euros – Tarifs réduits : 16 / 10 euros

 http://www.theatre-paris-villette.com/

  • Carlotta Ikeda : Du Butô à la danse insensée

 Exposition de photographies de Laurencine Lot

Jusqu’au  26 mars 2012 – Dorothy’s gallery

 http://dorothysgallery.com/art/