Archive | Evénement RSS feed for this section

festival de bande dessinée d’Angoulême 2012

26 Jan

La grande messe de la BD commence !  

 

 

 

 

 

Parmi les 58 albums en lice pour le palmarès officiel de cette 39e édition,

 mes préférés sont :

 Habibi de Graig Thompson (Casterman)

En route pour le Goncourt de Mathieu Ephrem et Jean-François Kierzkowski (Cornelius)

Mister Wonderful de Daniel Clowes (Cornelius)

Les ignorants : récit d’une initiation croisée d’Etienne Davodeau  (Futuropolis)

Et mon coup de coeur : Coucous Bouzon d’Anouk Ricard (Gallimard)

Parce que l’humour d’Anouk Ricard me fait rire à gorge déployée, parce que ses personnages aussi ridicules les uns que les autres sont totalement délirants (surtout le commissaire Toumi !) parce que les albums Anna et Froga, commissaire Toumi etc m’ont marqué à tout jamais et parce que ce petit dernier est en fait une véritable  satire du monde de l’entreprise !

 

39e édition du festival international de bande dessinée d’Angoulême

 Du 26 au 29 janvier 2012 de 10h à 19h

www.bdangouleme.com

Publicités

Romy Schneider

15 Jan

Elle peut être papillon puis tigre… (Dino Risi)

Comme tout le monde, j’ai regardé « les sisi » et comme tout un chacun, j’ai admiré la beauté de la jeune Élisabeth d’Autriche! Mais c’est en voyant les films de sa période « Claude Sautet » que je suis tombé sous le charme de Romy Schneider. Une femme  d’une beauté naturelle imparable doté d’une intelligence sans limite et surtout d’une personnalité profonde. Une actrice qui a marqué l’histoire du cinéma et le coeur de nations entières. Ma vidéothèque se compose en partie de ses plus grands films dont je ne me lasse pas de regarder à chaque fois avec grande émotion.

C’était donc inconcevable que je rate l’exposition qui lui est consacré à l’occasion de son anniversaire de mort. Je croyais savoir beaucoup  de choses sur la vie de Romy Schneider étant donné les nombreuses biographies existantes que j’ai dévoré comme une véritable fanatique… mais grâce aux nombreux documents personnels exposés, j’ai découvert ou plutôt ressenti des choses qui ne s’écrivent pas dans des bouquins…La lecture des télégrammes qu’elle envoyait à Visconti, son ami qu’elle appelait papa par exemple m’a bouleversée, des écrits intimes qui révèlent sa fragilité, son hyper-sensibilité,  ses tourments et ses chagrins.

Mais également des moments de bonheur que l’on partage grâce aux nombreuses photos ou on la voit radieuse entourée d’Alain Delon, d’Harry Meyen, de David et Sarah mais aussi d’acteurs et réalisateurs prestigieux d’Orson Welles à Woody Allen pour sa période américaine, de Luchino Visconti à Claude Sautet pour l’Europe. Romy Schneider a fait énormément de rencontres qui pour la plupart sont devenues de fortes amitiés.

Une exposition riche en documents et objets de  toute sorte qui retrace magnifiquement sa carrière  et qui nous plonge dans l’intimité de sa vie de femme en quête d’absolu frappée par le destin.

L’exposition se termine par une galerie de portraits qui mettent en évidence la beauté fascinante de cette actrice de légende.

 

à l’Espace Landowski – Boulogne-Billancourt

jusqu’au 22 février 2012

www.exporomyschneider.com

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19284824&cfilm=4939.html

 

Des Beaux-livres pour Noël !

24 Déc

Chaque année, une profusion de beaux-livres envahissent les tables de nos chers libraires pour mon plus grand plaisir! Néanmoins, je pense que c’est avec une certaine appréhension que ces derniers vont faire leurs comptes après les fêtes car si les beaux-livres ont toujours une bonne place dans les rayons, ils rivalisent cette année avec d’étranges objets répondant aux doux noms de  Wii, Ds, I-Pod, Pad ou Phone !

Et je ne parlerais pas de la hausse de la TVA dans ce billet car c’est Noël quand même!

Nous déprimerons un autre jour, c’est  promis! Admirez plutôt ma sélection de beaux livres 2011!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cesaria Evora

17 Déc

 

Disparition de la diva aux pieds nus

En septembre dernier, je lisais dans la presse les adieux de Cesaria Evora à son public «Je n’ai pas de force, pas d’énergie. Je veux que vous disiez à mes fans: excusez-moi, mais maintenant, je dois me reposer. Je regrette infiniment de devoir m’absenter pour cause de maladie, j’aurais voulu donner encore du plaisir à ceux qui m’ont suivie depuis si longtemps» (Le Monde – 23 septembre 2011)

Et aujourd’hui, c’est avec une grande tristesse que j’apprends son décès à l’âge de 70 ans. Cette femme qui a commencé à chanter dans les rues et bars du Cap Vert a été découverte en France au  Théâtre de la Ville à Paris en 1992, depuis elle a menée une carrière internationale riche de concerts dans le monde entier.

Une vie qui fut difficile à ses débuts, la mort de son père, le manque d’argent qui pousse sa mère à la placer dans un orphelinat… Sans oublier un passage à vide de 10 ans où la solitude et l’alcool prennent le dessus. Elle va connaître des jours meilleurs en 1985 gràce à la rencontre de son mentor et son producteur, le Franco-Capverdien José Da Silva. Puis, c’est son premier album en 1988 « La diva aux pieds nus », sa découverte à Paris et les concerts dans les quatre coins du monde. En tout il y aura 11 albums, des chansons tristes, des chansons d’amour que nous écoutons toujours avec une grande mélancolie, nostalgie et tendresse comme le signifie la Sodade.

 Césaria Evora était une femme provocatrice et élégante dotée d’une voix rauque et chaloupée, une immense chanteuse qui a marqué à jamais l’histoire de la musique 

  http://www.youtube.com/watch?v=S27GtyQ42PE&feature=player_detailpage