Archive | septembre, 2012

GERHARD RICHTER – PANORAMA

11 Sep

L’artiste aux multiples facettes

Plus que quelques jours seulement pour vous rendre au Centre Pompidou admirer la rétrospective du PEINTRE DE LA PHOTOGRAPHIE !

Apparu sur la scène européenne dans les années 60, cet artiste allemand s’est fait connaître grâce à ses « PHOTOS-PEINTURES ». Des œuvres peintes à partir de photographies piochées dans les magazines ou parmi ses clichés personnels qui sont tellement impressionnantes qu’on ne sait  plus vraiment si ce sont des peintures ou de simples photos !

Voyez plutôt :

Pour arriver à ce résultat, il utilise la traditionnelle technique du quadrillage (oui, oui celle-là même qu’on faisait en cours d’arts plastiques lorsqu’on était enfants !). Richter s’amuse à nous tromper encore plus en frottant la peinture humide de façon à nous faire croire que nous sommes en face de photographies légèrement floues !

Je n’aime pas tout chez cet artiste pluridisciplinaire, par exemple la partie de l’exposition « Libérer l’abstraction » (salle 4) m’a un peu ennuyé, de même que « Combattre le motif (salle 3). Je n’aime pas trop quand les artistes se servent de notre ami « l’ordinateur » pour créer, mais ça, c’est mon côté vieux jeu !

Mais j’assume et je préfère vous dévoiler les œuvres qui m’ont vraiment bouleversé par leur hyperréalisme! A savoir les tableaux exposées principalement dans la salle 8 « Dévoiler l’intimité »:

J’ai aussi été happé par ses fameux paysages, toujours peints à partir de photographies prises au gré de ses voyages ou dans son environnement proche, Ces toiles laissent la place à la nature, au ciel, sans aucune présence humaine.

Des paysages mélancoliques et doux qui sont non sans rappeler la tradition romantique allemande dont l’artiste a hérité.

Cette capacité à toucher à tout, sa détermination à ne vouloir rentrer dans aucun mouvement m’impressionne vraiment. Il a commencé à explorer de nouveaux rapports entre peinture et photographies en 1960, puis mis en place un nouveau type d’abstraction en 1970 et réinterprété en 1980 les genres de l’Histoire de l’art (portait, paysage etc.)

Peut-être est-ce sa façon de sans cesse se réinventer qui me perturbe…

Je n’ai pas tout aimé certes mais rien que pour voir de près les tableaux les plus célèbres comme Ema (Nu sur un escalier) en référence à Duchamp, il était indispensable pour moi d’y aller !

Au Centre Pompidou – jusqu’au 26 septembre 2012

http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/0/685A3BA543D440FFC125795F0049FA85?OpenDocument

Un autre amour – Kate O’Riordan

5 Sep

Le premier amour est-il toujours le dernier ?

Encore un roman d’amour me direz-vous, détrompez-vous il n’y a aucune mièvrerie dans ce récit de Kate o’Riordan.  L’auteur décrit juste l’épuisement d’un couple, un homme et une femme avec un passé étroitement lié qui ressurgit à la surface après des années de vie commune. D’abord simples amis d’enfance, Connie et Matt ont évolué vers une vie conjugale d’apparence heureuse. Le passé parait donc bien loin pour ce couple qui  mène une vie florissante et harmonieuse avec leur trois enfants. Mais l’auteur d’une façon légèrement vicieuse choisit de casser ce bonheur ambiant lors d’un voyage en amoureux à Rome ! Là-bas,  elle fait rappliquer l’amie commune du couple vingt ans après, Greta,  qui était plus exactement le premier amour de Matt. Dès l’apparition de cette dernière, on admet tout de suite que le paisible mariage de Connie et Matt est sur le point de s’effondrer pour faire place aux mensonges et à la trahison.

Comment Connie va-t-elle vivre le départ de son mari pour son amie d’enfance ? Va-t-elle avoir le courage de  l’avouer. ..D’abord à  elle-même ? Puis à ses enfants ?

Vous persistez à me dire qu’il s’agit là d’une histoire banale voire nunuche ? Encore une fois, faites-moi confiance et dévorez ce récit qui est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait au premier abord !

Une histoire où les vieux secrets vont ressurgir en pleine face des trois protagonistes qui désormais sont devenus adultes.

Kate O’Riordan explore les sentiments humains et fouille le couple jusqu’à faire rebondir monumentalement l’intrigue en donnant à une banale histoire d’amour  un tournant vif et inattendu. On se prend tour à tour d’empathie et d’aversion pour ces trois personnages autant meurtris les uns que les autres.

Je pense maintenant me jeter au cou de mon libraire pour me procurer ses autres romans comme : Intimes convictions« , « Une mystérieuse fiancée« , « Le garçon dans la lune » ou encore de « Pierres de mémoire« 

Il paraît qu’ils sont encore mieux qu’Un autre amour…des avis ?

Ah oui, j’oubliais! la voix de Christophe Mali  m’a hanté pendant toute ma lecture ! Vous vous rappelez ?

Le premier amour est toujours le dernier

Ah le vieil adage au parfum démodé

 She’s so lovely

Sur la pointe des pieds

J’ai longtemps hésité

lalalala…..

🙂

http://www.youtube.com/watch?v=OmmV1e5vPBU&feature=related