Cesaria Evora

17 Déc

 

Disparition de la diva aux pieds nus

En septembre dernier, je lisais dans la presse les adieux de Cesaria Evora à son public «Je n’ai pas de force, pas d’énergie. Je veux que vous disiez à mes fans: excusez-moi, mais maintenant, je dois me reposer. Je regrette infiniment de devoir m’absenter pour cause de maladie, j’aurais voulu donner encore du plaisir à ceux qui m’ont suivie depuis si longtemps» (Le Monde – 23 septembre 2011)

Et aujourd’hui, c’est avec une grande tristesse que j’apprends son décès à l’âge de 70 ans. Cette femme qui a commencé à chanter dans les rues et bars du Cap Vert a été découverte en France au  Théâtre de la Ville à Paris en 1992, depuis elle a menée une carrière internationale riche de concerts dans le monde entier.

Une vie qui fut difficile à ses débuts, la mort de son père, le manque d’argent qui pousse sa mère à la placer dans un orphelinat… Sans oublier un passage à vide de 10 ans où la solitude et l’alcool prennent le dessus. Elle va connaître des jours meilleurs en 1985 gràce à la rencontre de son mentor et son producteur, le Franco-Capverdien José Da Silva. Puis, c’est son premier album en 1988 « La diva aux pieds nus », sa découverte à Paris et les concerts dans les quatre coins du monde. En tout il y aura 11 albums, des chansons tristes, des chansons d’amour que nous écoutons toujours avec une grande mélancolie, nostalgie et tendresse comme le signifie la Sodade.

 Césaria Evora était une femme provocatrice et élégante dotée d’une voix rauque et chaloupée, une immense chanteuse qui a marqué à jamais l’histoire de la musique 

  http://www.youtube.com/watch?v=S27GtyQ42PE&feature=player_detailpage

Publicités

2 Réponses to “Cesaria Evora”

  1. ldilettante 26 janvier 2012 à 20:54 #

    C’est une grande dame qui est partie…
    Plus jeune je faisais beaucoup de danse, et un jour arrivée plus tôt j’ai observé entre les portes ma prof s’échauffer et danser seule sur une musique que je trouvais envoutante.
    Je suis rentrée et lui ai demandée qui c’était… c’etait Césaria Evora, et j’ai donc appris a danser sur de la musique latine, grace a Césaria Evora… c’est un souvenir emu que je garde d’elle… J’ai tout ses albums, que j’écoute en boucle constamment..

    • Le bouche à oreille 26 janvier 2012 à 21:28 #

      C’est en effet un joli souvenir! Moi je l’écoute à chaque coup de déprime et même si ce n’est pas toujours gai ça m’aide à me sentir mieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :